Rimbaud, le poète (accueil) > Sur les Illuminations > Les Illuminations manuscrites sur internet / Sommaire

 
LES ILLUMINATIONS MANUSCRITES SUR INTERNET
 

SOMMAIRE

I - AVANT-PROPOS

Comment se présente le manuscrit des Illuminations sur internet et pourquoi ?

Fac-similés : pratiques et critères
 

II - OBSERVATION DES MANUSCRITS DES 30 PREMIÈRES PROSES DES ILLUMINATIONS, CORRESPONDANT AUX N° 5 ET 6 DE LA REVUE LA VOGUE, 13 ET 29 MAI 1886.
BNF, cote NAF 14123 (ex collection Lucien Graux)

Les papiers

L'écriture (ou plutôt les écritures)
     1) Des copies, des transcriptions, des mises au net pré-typographiques plutôt que des brouillons
     2) Des écritures différentes
     3) et même, la main de Germain Nouveau

Une volonté organisatrice (Rimbaud a manifestement voulu présenter un recueil composé)
     1) Les séries numérotées
     2) Les effets de suite induits par le mode de transcription
          - séries par contiguïté
          - séries par chevauchement        
     3) Les cycles thématiques
     4) Le débat sur la pagination
 

III - OBSERVATION DES MANUSCRITS CORRESPONDANT AUX N°8 ET 9 DE LA VOGUE, 13 ET 21 JUIN 1886.
Localisations diverses : collections privées (ex coll. Pierre Berès, essentiellement).

Les papiers

L'écriture
     1) Des copies moins achevées
     2) Une majorité de textes en écriture sinistrogyre    

Une volonté organisatrice moins marquée
     1) Aucun effet de suite (sauf
Bottom et H)
     2) L'absence de pagination autographe        
     3) La bigarrure apparente des textes

    

IV - OBSERVATION DES MANUSCRITS DES CINQ POÈMES
ABSENTS DES ÉDITIONS LA VOGUE, QUI NE
FURENT PUBLIÉS QU'EN 1895 CHEZ VANIER.

BNF, cote NAF 14124  (ex coll. Lucien Graux), sauf pour Génie :  coll. privée (ex coll. Pierre Berès) et pour
Jeunesse II-III-IV : Fondation Martin Bodmer.

Les papiers

Annexes : les sectionnements de feuillets ou Rimbaud bricolo
   Feuillets découpés de Génie et Dimanche
   Feuillets découpés de Guerre et Promontoire
   Feuillets découpés de Fairy et Veillées I-II

L'écriture

Les numérotations
    
1) Les chiffres du coin supérieur gauche
    2) Les chiffres de droite
    3) Les chiffres romains centrés

Une séquence finale pour les Illuminations ?
    1) Jeunesse. Le pouvoir d'un titre
    2) La cohérence du groupement Dimanche - Sonnet -Vingt ans - "Tu en es encore à la tentation d'Antoine..."
    3) La portée symbolique du trio Génie - Jeunesse - Solde


V - CONCLUSIONS.

Un manuscrit ou des manuscrits ?

Dans quel ordre ranger les textes quand on édite les Illuminations ?

"La base du recueil".

INTRODUCTION

   Est-ce un de ces "accidents de féerie scientifique" dont parle Rimbaud dans Angoisse ? Tout possesseur d'un ordinateur (et d'une connexion haut débit) peut aujourd'hui se promener dans le manuscrit des Illuminations. Encore faut-il appliquer à l'exploration de ces fac-similés une certaine méthode et beaucoup de lecteurs manquent de l'information suffisante pour tirer parti des documents rendus publics par la BNF, le site Bibliorare (collection Pierre Berès), le Musée Rimbaud de Charleville-Mézières ou la fondation Martin Bodmer de Cologny. Cette information doit être recherchée dans quelques livres et articles, à vrai dire peu nombreux, ceux d'André Guyaux et Steve Murphy, essentiellement. D'où ce travail qui veut être une sorte de guide pour la consultation des manuscrits rimbaldiens sur la toile.

  
Pour le mener à bien, je me suis essentiellement plongé dans la Poétique du fragment d'André Guyaux. À maints égards, on peut considérer les pages qui suivent comme un compte rendu de (re)lecture de cette thèse universitaire parue en 1985. On s'étonnera peut-être que je m'applique à résumer et, parfois, à contre-argumenter les idées que cet éminent rimbaldien défendait alors et qu'il semble avoir en partie abandonnées aujourd'hui (voir notamment l'agencement des Illuminations dans sa récente Pléiade). C'est que cet ouvrage déjà ancien, à le relire comme je viens de le faire, reste l'étude philologique la plus complète des manuscrits des Illuminations. Et l'une des plus stimulantes.
   Je me suis aussi beaucoup appuyé sur les contributions de Steve Murphy. Dans un article mémorable d'Histoires littéraires (n°1, 2000), il a démontré de façon très convaincante le caractère "auctorial" de la pagination des vingt-trois premiers feuillets des Illuminations. Il a par la suite publié, dans Histoires littéraires n°17 et 27, des articles extrêmement précieux sur les autographes récemment exhumés. Je lui suis particulièrement redevable des éclaircissements apportés par ces deux articles sur les numérotations mystérieuses qui prolifèrent dans les manuscrits.
   Je livre malgré tout ci-dessous une bibliographie un peu plus large, en signalant d'une part les travaux du pionnier en matière de graphologie rimbaldienne, Henry Bouillane de Lacoste, d'autre part le livre de Michel Murat L'Art de Rimbaud. Contrairement à une opinion reçue, Murat détecte dans les Illuminations une volonté de signifier, la construction d'un véritable "recueil de poèmes en prose" à travers une succession plus ou moins structurée de séquences thématiques. Ce qu'on appelle couramment une composition.

  • Henry de Bouillane de Lacoste, Rimbaud et le problème des Illuminations, Mercure de France, 1949.

  • Arthur Rimbaud, Illuminations, Painted Plates, édition critique. Introduction et notes par Henry de Bouillane de Lacoste. Mercure de France, 1949. Cf. notamment l'introduction, p.7-60, et les deux appendices, p.137-198 ("Lettres de Félix Fénéon" et "Les éditions des Illuminations").

  • André Guyaux, Poétique du fragment. Essai sur les Illuminations de Rimbaud, À la Baconnière, 1985.

  • Illuminations, texte établi et commenté par André Guyaux (notamment l'introduction, p.7-16, et les appendices "Description des manuscrits", p. 272-295, "Les éditions des Illuminations", p.296-301), À la Baconnière, 1985.

  • Steve Murphy, "Les Illuminations manuscrites. Pour dissiper quelques malentendus concernant la chronologie et l'ordre du dernier recueil de Rimbaud", Histoires littéraires n°1, 2000, p.5-31.

  • Steve Murphy, Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, tome IV, Fac-similés, Champion, 2002 : l'introduction, notamment les p.97-103, et les notices sur les Illuminations, p.588-601, 618-620, 624-630.

  • Steve Murphy, "Trois manuscrits autographes de Rimbaud", Histoires littéraires n°17, 2004, p.34-57.

  • Steve Murphy, "Chantier d'une révolution poétique : les manuscrits rimbaldiens de la collection Berès", Histoires littéraires n°27, juillet-septembre 2006, p.38-60.

  • Michel Murat, L'Art de Rimbaud, Corti, 2013 [2002]. Notamment le chap. I de la deuxième partie : "Les Illuminations, recueil de poèmes en prose", p.190-238.

  • Arthur Rimbaud, Œuvres complètes. Texte établi, présenté et annoté par André Guyaux. Éditions Gallimard, bibliothèque de la Pléiade, 2009, révisé 2015.

   Ceci est un travail de vulgarisation. Je ne me suis jamais penché moi-même sur un manuscrit de Rimbaud, à la BNF ou ailleurs. J'ai seulement lu avec grand intérêt les livres et articles ci-dessus cités. Pour autant, j'ai voulu éviter le style conventionnel du compte rendu de lecture. J'ai multiplié les images, les tableaux. J'ai souhaité faire de ce dossier un instrument pas trop rébarbatif (malgré son excessive longueur), clair et commode. Sachant d'expérience comme l'apprentissage, la simple assimilation des connaissances livresques, sont laborieux en ces matières philologiques, j'ai songé à exploiter les pouvoirs spécifiques de l'outil informatique pour faciliter l'accès aux manuscrits en ligne. Chaque mention d'un feuillet des Illuminations fonctionne comme lien hypertexte. Le lecteur peut ainsi aller et venir entre le commentaire et son objet, notamment s'il divise son écran en deux parties ou s'il connecte deux écrans à son PC. C'est ainsi que j'ai procédé.
   C'est d'abord à mon propre usage, pour rafraîchir et fixer des connaissances trop anciennes et trop vagues, que j'ai confectionné ce dossier. Mais on sera tout de même content si l'on a convaincu quelque passionné de Rimbaud de tenter à son tour l'exploration compliquée de ce que Steve Murphy appelle, dans son article d'Histoires Littéraires, "les Illuminations manuscrites".