Rimbaud, le poète / Accueil > Tous les textes > Lettre à E. Delahaye de mai 1873



LETTRE À ERNEST DELAHAYE DE MAI 1873, DITE "LAÏTOU"


    Verlaine ayant décidé de rentrer en France (sur le steamer Comtesse-de-Flandres) dans l'espoir de rencontre Mathilde et de parvenir à un arrangement, Rimbaud regagne à son tour le continent et arrive à l'improviste à la ferme de Roche (héritage de la famille Cuif), "triste trou" où séjournent sa mère, son frère Frédéric et ses sœurs. Mathilde se refusant à tout entretien, Verlaine s'installe chez sa tante à Jéhonville (Luxembourg). Verlaine et Rimbaud se rencontrent à plusieurs reprises, le dimanche, à Bouillon, localité située à mi-chemin entre Jéhonville et Charleville, en compagnie de Delahaye.
    Roche ou Roches, le pays d'origine de Madame Rimbaud, née Vitalie Cuif, est à une cinquantaine de kilomètres au sud de Charleville. On s'est demandé pourquoi Rimbaud baptisait le honni hameau de Roche du nom de Laïtou (classique refrain des tyroliennes). Jean-Pierre Chambon en a proposé une explication qui a au moins le mérite d'être rigolote. Pour la comprendre, il faut bien regarder le manuscrit de la lettre au niveau du dessin légendé "Laïtou mon village" :

On voit que le mot "trou" de "dans un triste trou" se trouve placé par les hasards de la graphie au dessous du là de "m'a mis là", lui même surmonté du "la" de "la mother", de sorte que si on balaie du regard l'extrémité des lignes de bas en haut, on lit "trou-la-la". CQFD.
    Cette lettre bourrée de formules typiques, à base d'argot et de déformations verbales, affectionnées par le trio Verlaine-Delahaye-Rimbaud est importante par les informations qu'elle nous livre sur le projet littéraire qui deviendra Une saison en enfer : sa caractérisation générique ("petites histoires en prose"), son titre provisoire ("Livre païen, ou Livre nègre"), son ampleur prévue et son état d'avancement à la date de mai 1873 ("j'en ai déjà trois" sur "une demi douzaine d'histoires atroces  [...] encore à inventer"), certaines lectures préparatoires ("le Faust de Goethe") et les espoirs que Rimbaud fonde sur ce projet ("Mon sort dépend de ce livre").


À ERNEST DELAHAYE
Mai 1873

BNF (Bibliothèque Nationale de France).

Selon Steve Murphy, Rimbaud a sans doute commencé par localiser sa lettre à "Roches", de façon traditionnelle. Puis, ayant trouvé la plaisanterie "Laïtou" en exécutant son second dessin, il serait remonté au début de sa lettre pour écrire "Laïtou" à gauche de "Roches", mis entre parenthèses (SM-IV, 579).

 

 

 

                           Laïtou, (Roches) (canton d'Attigny), Mai 73.

 
    Cher ami, tu vois mon existence actuelle dans l'aquarelle ci-dessous.
     Ô Nature ! ô ma mère !

     Quelle chierie ! et quels monstres d'innocince, ces paysans. Il faut, le soir, faire deux lieues, et plus, pour boire un peu. La mother m'a mis là dans un triste trou.

 

 

Je ne sais comment en sortir : j'en sortirai pourtant. Je regrette cet atroce Charlestown, l'Univers, la Bibliothè., etc... Je travaille pourtant assez régulièrement ; je fais de petites histoires en prose, titre général : Livre païen, ou Livre nègre. C'est bête et innocent. Ô innocence ! innocence ; innocence, innoc... fléau !
     Verlaine doit t'avoir donné la malheureuse commission de parlementer avec le sieur Devin, imprimeux du Nôress. Je crois que ce Devin pourrait faire le livre de Verlaine à assez bon compte et presque proprement. (S'il n'emploie pas les caractères emmerdés du Nôress. Il serait capable d'en coller un cliché, une annonce !)

     Je n'ai rien de plus à te dire, la contemplostate de la Nature m'absorculant tout entier. Je suis à toi, ô Nature, ô ma mère !
     Je te serre les mains, dans l'espoir d'un revoir que j'active autant que je puis.

                                                                                      R.

 
     Je rouvre ma lettre. Verlaine doit t'avoir proposé un rendez-vol au dimanche 18, à Boulion. Moi je ne puis y aller. Si tu y vas, il te chargera probablement de quelques fraguemants (sic) en prose de moi ou de lui, à me retourner.

     La mère Rimb, retournera à Charlestown dans le courant de juin, c'est sûr, et je tâcherai de rester dans cette jolie ville quelque temps.
     Le soleil est accablant et il gèle le matin. J'ai été avant-hier voir les Prussmars à Vouziers, une préfecture de 10 000 âmes, à sept kilom. d'ici. Ça m'a ragaillardi.
     Je suis abominablement gêné. Pas un livre, pas un cabaret à portée de moi, pas un incident dans la rue. Quelle horreur que cette campagne française. Mon sort dépend de ce livre pour lequel une demi-douzaine d'histoires atroces sont encore à inventer. Comment inventer des atrocités ici ? Je ne t'envoie pas d'histoires, quoique j'en aie déjà trois, ça coûte tant ! Enfin voillà !

      Au revoir, tu verras ça.

                                                              Rimb.

 
     Prochainement je t'enverrai des timbres pour m'acheter et m'envoyer le Faust de Goethe, Bibliothèque populaire. Ça doit coûter un sou de transport.
     Dis-moi s'il n'y a pas des traduct. de Shakespeare dans les nouveaux livres de cette biblioth.
     Si même tu peux m'en envoyer le catalogue le plus nouveau, envoie.

                                                                                              R.

 

Sommaire