"Rimbaud le Poète, cela suffit,  cela est infini." René Char

Plan du site

EN LIBRAIRIE


Octobre 2014 - Eddie Breuil, Du Nouveau chez Rimbaud, Champion.
 

Octobre 2014 - Claude Jeancolas, Rimbaud l'Africain, Textuel.
 

16/09/2014 - Yann Frémy, La force de l'archive (sur la Correspondance posthume de Rimbaud), La Quinzaine littéraire n°1112.


Septembre 2014 - Dictionnaire Rimbaud, sous la direction de Jean-Baptiste Baronian, Bouquins, Robert Laffont.
 

Juin 2014 - Rimbaud vivant n° 53.
 

Mai 2014 - Jacques Desse, "Dossier : Visages de Rimbaud", Histoires littéraires
n°57.
 

Avril 2014 - JJ Lefrère,
Sur Arthur Rimbaud, Correspondance posthume, tome 3 :
1912-1921, Fayard.
 

Mars 2014 - Michel Arouimi, Rimbaud malgré l'autre, Jacques André éditeur.


Février 2014 - Énigmes d'Une saison en enfer, textes réunis par Yann Frémy, Revue des Sciences humaines n°313
 

1er-15 février 2014 - Michel Pierssens, "La Commune de Rimbaud" (sur le Rimbaud de Kristin Ross), La Quinzaine littéraire n°1098.
 

Décembre 2013 - Parade sauvage n°24. Dossier sur Mémoire.


Novembre 2013 - Jean-Luc Steinmetz, L'autre Saison d'après Une saison en enfer d'Arthur Rimbaud, Cécile Defaut.


Octobre 2013 - Kristin Ross, Rimbaud, la commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale, Les Prairies ordinaires (The Emergence of Social Space : Rimbaud and the Paris Commune, University of Minnesota
Press, 1988).
 

Juin 2013 - Rimbaud vivant n°52.


Mai 2013 - Michel Murat, L'Art de Rimbaud, Corti. Nouvelle édition revue et augmentée d'une étude sur Une saison en enfer.


Janvier 2013 - Denis Saint-Amand, La Littérature à l'ombre. Sociologie du zutisme, Classiques Garnier.


Décembre 2012 - La Chasse spirituelle, postface de J.-J. Lefrère, Léo Scheer.


Octobre 2012 - Parade sauvage n°23, Classiques Garnier.


Octobre 2012 - Denis Saint-Amand, "Rimbaud, l'hallucination délibérée", Le Magazine littéraire n°524, Ce que la littérature sait de la folie, p.61-63.


Septembre 2012 - Claude Jeancolas, Les manuscrits de Rimbaud : l'intégrale, Textuel.
 

Août 2012 - Rimbaud «littéralement et dans tous les sens». Hommage à Gérard Martin et Alain Tourneux, collectif,  Classiques Garnier.


Juillet 2012 - Geneviève Hodin, Rimbaud : une rentrée dans le monde des Lettres, en cachette ?

 

Juin 2012 - Bruno Claisse, Les Illuminations et l'accession au réel, Classiques Garnier.


Juin 2012 - Rimbaud vivant n°51.


Juin 2012 - Yann Frémy, "Les « sophismes magiques » dans Délires II. Alchimie du verbe", Magie et magies dans la littérature et les arts du XIXe siècle français, Presse Universitaire Blaise Pascal, Clermont-Ferrand.
 

Mai 2012 - Olivier-Pierre Thébault, La musique plus intense : le Temps dans les Illuminations de Rimbaud, L'Infini, Gallimard.
 

Mars 2012 - Nouvelle Revue Française n°599, Du Japon :
Hideo Kobayashi, "Rimbaud II" - Chûya Nakahara, "Postface aux Œuvres d'Arthur Rimbaud"


Novembre 2011 - Parade sauvage n°22, Classiques Garnier.


Octobre 2011 -
JJ Lefrère, Sur A.R. Correspondance posthume, t.2, 1901-1911, Fayard.


Juin 2011 - Jean-Luc
Steinmetz, "Rimbaud à l'œuvre", La Quinzaine littéraire n°1039.


Juin 2011 - Rimbaud vivant n°50.


Février 2011 - Bernard Teyssèdre,
Rimbaud et le foutoir zutique, éditions Léo Scheer.


Janvier 2011 - Y
ann Frémy (dir.), "Je m'évade, je m'explique". Résistances d'Une saison en enfer, Classiques Garnier, coll. Études rimbaldiennes.
 

Décembre 2010 - Seth Whidden (dir.), La Poésie jubilatoire : Rimbaud, Verlaine et l'Album zutique, Classiques Garnier, Études rimbaldiennes.


Octobre 2010 - Arthur Rimbaud, Œuvres complètes, présentation Jean-Luc Steinmetz, GF n°1459.
 

Septembre 2010 - Pierre Brunel, « Rimbaud et la Commune », Romantisme et Révolution(s) III,  Achèvement et dépassement, Les Cahiers de la NRF,  p.183-200.


Septembre 2010 - Alban Caussé et Jacques Desse, "Rimbaud, Aden, 1880. Une photographie", Revue des deux mondes.
 

1er septembre 2010 - Jean-Jacques Lefrère, "Les confidences d'une photographie", La Quinzaine littéraire n°1019, 16 juillet 2010, et n°1021.
 

Juin 2010 - Rimbaud vivant n°49,
 

Juin 2010 - Valérie Marin La Meslée, J.-J. Lefrère, J. Bienvenu, "Rimbaud. Documents inédits. L'énigme de la photo", Le Magazine littéraire n°498.
 

Avril 2010 - Jean-Jacques Lefrère, Sur Arthur Rimbaud, Correspondance posthume 1891-1900, Fayard.
 

Janvier-février-mars 2010 - Jacques Desse et Jean-Jacques Lefrère , "Un coin de table à Aden", Histoires littéraires n°41.
 

Janvier 2010 - Jean-Luc Steinmetz, "Rimbaud. L'innocence du texte", Critique n°751.








SUR LE SITE


07/05/14 - Phrases (Anthologie commentée)
 

   Tout le monde connaît : "J'ai tendu des cordes de clocher à clocher...". C'est un micro-poème, une miniature, un poème-phrase. La séduction exercée tient à la concordance entre la métaphore aérienne, la scansion dynamique, fruit de la construction par membres parallèles, et la légèreté de la forme. Le compositeur Benjamin Britten en a tiré une mélodie sensuelle, « où la voix s'élève progressivement vers l'aigu par des courbes apaisées (lento ed extatico) jusqu'à l'extase du "et je danse" » (Xavier de Gaulle). La recherche de la concision, qui est une des facettes de l'art de Rimbaud, trouve dans ce poème d'un seul jet une sorte d'accomplissement. Ce travail de la forme brève constitue l'enjeu principal et le principe unificateur de la série des Illuminations intitulée Phrases, dont "J'ai tendu des cordes..." est le cinquième volet [...]. Suite.
 

14/04/14 - Villes, L'acropole officielle...
 

    On a vu dans cette mégapole polaire, élevant ses formes colossales sous un "ciel immuablement gris", le type de la Babylone moderne, une ville de contre-utopie. C'est un tableau qu'il convient de nuancer. Le plan du texte épouse celui de la cité. D'abord "l'acropole officielle" (§1), "haut quartier" à l'architecture hybride et surdimensionnée. Puis un "quartier commerçant" presque désert (§2), détaillé par la description à l'issue d'une plongée du regard dans la verticalité de la ville. Enfin, "le faubourg" et, au-delà, le "Comté" (§3). Un guide de tourisme ou un exposé d'urbanisme ne seraient pas plus rationnels. Le style rappelle d'ailleurs par moments ce type de textes, prosaïque, passant en revue les diverses parties, fonctions ou monuments qui composent une ville, en utilisant le vocabulaire approprié. Mais la conformité à ces codes n'est qu'une apparence, contredite par de fréquentes échappées dans le subjectif ou le fantastique : jugements implicitement négatifs, sentiments d'incompréhension, d'angoisse ou d'exclusion d'un "étranger de notre temps" (présent dans le texte sous la forme de la première personne), étonnement admiratif aussi, parfois (où l'on n'est pas sans soupçonner quelque ironie) [...]. Suite.
 

Piranèse, Le pont-levis, Carceri d'Invenzione, 1761 (détail)

 

10/03/14 - Chant de guerre Parisien (Anthologie commentée)
 

   Présenté comme un "psaume d'actualité", ce poème a été envoyé à Paul Demeny dans la célèbre lettre dite du voyant. Daté de Charleville, 15 mai 1871, ce courrier précédait d'une semaine à peine l'entrée dans Paris des troupes versaillaises et l'écrasement de la Commune. Rimbaud y disait à son correspondant : "dans huit jours je serai à Paris, peut-être". Rimbaud n'ira pas à Paris. Mais, par l'imagination, il y est déjà. Chant de guerre parisien versifie en style de chanson, et met en scène sur un mode burlesque, le face à face entre les deux protagonistes de la bataille de Paris : "ils", "vous" (les autres, les Versaillais) / "nous" (les Parisiens, les "Communards", ceux qui parlent dans le poème). Et, parmi ces derniers, n'en doutons pas, celui qui crie à Thiers et consorts :

La Grand ville a le pavé chaud,
Malgré vos douches de pétrole,
Et décidément, il nous faut
Vous secouer dans votre rôle...

[...]. Suite.



Alfred Le Petit,
La République en danger, 7 mars 1871 (détail).



17/02/14 - Proses évangéliques (Anthologie commentée)
 

   Sont parvenues jusqu'à nous, sur des feuillets distincts, deux ébauches d'Une saison en enfer (correspondant respectivement à Mauvais Sang et à Nuit de l'Enfer) et, au revers de ces mêmes feuillets, deux pages d'un manuscrit rimbaldien qu'une tradition contestable a titré Proses évangéliques. L'œuvre se présente, en effet, comme une libre réécriture de trois épisodes consécutifs de l'Évangile selon saint Jean. Les éditeurs récents se font un devoir de réviser ce titre. Mais chacun y va du sien, sans qu'on parvienne à un consensus. Je conserve donc la formulation classique. Au reste, s'il ne s'agit que d'éviter au lecteur l'erreur de croire ces proses toutes dévouées à la propagation de la Bonne Nouvelle — sens étymologique du grec euangellion, formé des radicaux « eu » (« bien ») et « aggelô » (« annoncer ») —, cette précaution n'est-elle pas inutile ? [...]. Suite.


18/11/13 - Une "lecture centrifuge" de Rimbaud :
Rimbaud, la Commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale (Notes de lecture)
 

   Instaurer un dialogue entre le poète et "les voix de la culture contestataire française des années 1870", resituer "les prétendus fantasmes de Rimbaud au sein des rêves, des hallucinations, des déplacements et des accomplissements de cette époque", tel est le but que se fixe Kristin Ross dans ce qu'elle appelle une "lecture centrifuge" de l'œuvre de Rimbaud. Rapproché du Droit à la paresse de Paul Lafargue, par exemple, le thème si  rimbaldien de la résistance au travail s'éclaire d'une signification moins psychologique et individuelle que collective et historique. Lire Rimbaud sous l'éclairage de la géographie sociale d'Élisée Reclus, autre exemple, nous aide à voir "que Les Illuminations se situaient sur le bord d'un système mondial en pleine mutation, qu'elles inauguraient ou énonçaient un monde à la fois divisé et unifié par le colonialisme" [...]. Suite.
 



Paris - 18 mars 1871

 

03/08/13 - Oraison du soir (Anthologie commentée)

   Le titre du sonnet éveille des souvenirs de Baudelaire : Recueillement, Harmonie du soir... Sauf qu'ici, ce n'est pas exactement une méditation qu'élève vers les "cieux bruns" du crépuscule celui qui "se recueille".
   Dans une sorte d'autoportrait en buveur de bière, le poète, "ange" déchu, se peint comme un de ces Assis qu'il accable de son mépris dans le poème portant ce nom. Mais cet "assis" se redresse à la fin du texte pour, en un geste dérisoire de défi, "lâcher l'âcre besoin" à la face des "cieux".

   Pisser "très-haut et très-loin", en visant le ciel ! La pratique n'est pas nouvelle. Rabelais nous apprend que Gargantua déjà, du temps de son adolescence, volontiers "pissoyt contre le soleil".
Rimbaud traite ce thème sur un ton d'humour parodique mêlé d'autodérision, en prenant pour double cible la religion et le lyrisme conventionnel
 [...]. Suite


08/08/12 - Villes, Ce sont des villes ... (Anthologie commentée)

   Ce sont des montagnes et non des "villes" qu'on arpente dans ce poème, malgré son titre. Phrase après phrase, méthodiquement, tout un lexique approprié complète le tableau d'un paysage escarpé : gorges, crêtes, versants, ravines, abîme, gouffres, cratères, cavernes, chalets, cascade, avalanches, champs des hauteurs, lumière des cimes, paradis des orages... Devant cette toile de fond se jouent des scènes, dont les protagonistes ont valeur de symboles. Rimbaud les nomme : "les fabuleux fantômes des monts". Ce sont des revenants, en effet : souvenirs d'un passé très récent mais non moins révolu (les "compagnies" qui "ont chanté la joie du travail nouveau", par exemple, évoquent la défunte Commune) ou vestiges d'un fond mythique vieux comme le monde mais qui résonne encore dans les représentations idéologiques de la modernité. Fantomatiques, ces actants de la fable le sont enfin parce qu'ils appartiennent, comme le confesse avec mélancolie le poète dans la dernière phrase du texte, à une "région" reculée de lui-même dont le chemin semble perdu [...]. Suite
 

Ian Bostridge chante Villes (Benjamin Britten)



01/04/12 - L'Angleterre dans Les Illuminécheunes (Notes de lecture)

   Établir la présence voilée de Londres — ou de l'Angleterre — dans les constructions urbaines des Illuminations n'est pas chose facile : la preuve décisive manque toujours. Certes, Rimbaud place dans le décor issu de son imagination des "Royal ou des Grand de Scarbro", "railways", "embankments" et "cortèges de Mabs", "circus", "turf suburbain", "cottage", "steerage", "pier", "comté", etc. Mais il s'empresse simultanément de bloquer la réception du texte comme mimésis en multipliant les références spatio-temporelles fantaisistes et divergentes : un "Nabuchodonosor norwégien", des "aristocraties ultra-Rhénanes, Japonaises, Guaranies", "la grande île du Japon", Brooklyn et Venise, la Sicile et le Péloponnèse, des "fanums" et des "grands canaux de Carthage", "un boulevard de Bagdad" et "les derniers potagers de Samarie"... Au reste, vous diront la plupart des critiques : inutile de partir à la recherche de realia, les villes des Illuminations sont avant tout fantasmatiques. Il n'y a  rien à répondre à cela. Sauf que... Suite
 

Metropolitan Railway (1868)



14/03/12 - Patience
(Anthologie commentée)

  Patience (d'abord intitulé Bannières de mai) présente un découpage assez classique en strophes d'octosyllabes (un dizain suivi de deux huitains). Mais le texte frappe par sa versification désinvolte (suppression des rimes), le style oral du langage ("c'est drôle", "rien de rien ne m'illusionne") à la limite du galimatias parfois (qu'est-ce que : mourir beaucoup ou mourir à peu près ?), les constructions plus que bizarres (v.4), la syntaxe elliptique (ô combien !), l'enchaînement rapide et léger de formules concises, l'humour grivois (v.9-10, v.17-18). Tout cela produit une impression de nouveauté et de grande liberté.
   Les trois strophes, plus qu'un discours suivi, constituent trois volets relativement autonomes d'une célébration de la nature et du soleil. Rimbaud semble y délibérer entre trois façons distinctes de capter l'énergie vitale émanant du renouveau printanier : la participation à la naïve allégresse collective, l'holocauste fusionnel, la libre infortune. La dernière de ces postures existentielles est celle à laquelle, finalement, le poète se range
.[...]. Suite


08/03/11 -
Le Cercle zutique, un ouvroir de poésie libertaire au lendemain de la Commune (Notes de lecture)

   Exception faite de quelques pièces d'accès relativement facile et à l'audace réjouissante telles que le Sonnet du trou du cul ou Les Remembrances du vieillard idiot, l'Album zutique a longtemps opposé au lecteur des obstacles décourageants. Allez saisir le sel de textes qu'on dit truffés de plaisanteries à usage privé, de sous-entendus égrillards ou politiques, et destinés pour beaucoup d'entre eux à la parodie de poètes que personne ne lit plus, sauf les spécialistes. Mais les choses sont en train de changer grâce aux progrès de l'édition et de la critique, et l'on peut dire que le lecteur curieux de ces textes a désormais quelques bons outils à sa disposition [...] Suite
 



Léon Valade - Dessin de l'Album zutique (1871)
 


27/02/11 -
Paris (Anthologie commentée)

   Au premier abord, on pourrait voir dans ce pseudo-sonnet en forme d'inventaire l'expression minimaliste d'une poétique du flâneur. La moitié des mots du texte sont des noms propres susceptibles de s'afficher sur les murs de la ville en tant que marques commerciales ou de figurer à la une des journaux en tant que noms d'hommes en vue, soit qu'ils aient défrayé la chronique (politiciens, industriels prospères, tel chasseur de panthères, tel assassin célèbre et ses victimes), soit qu'ils contribuent à l'écrire comme journalistes ou hommes de lettres. Mais on remarque, faisant irruption au milieu de cette liste, quelques ponctuations subjectives ("Soyons chrétiens", "O Christs !", "Ô Robinets !"...) qui peuvent difficilement passer pour des "cris de Paris" et qui imposent la recherche d'un propos caché [...] Suite
 

Guido Gonin - Une Mauvaise Vision (septembre 1871)
La France a vu l'Internationale et espère ne plus jamais la revoir.



01/01/11 -
Ce qu'on dit au Poète à propos de fleurs (Anthologie commentée)

   C'est en 1925 seulement qu'un critique littéraire (Marcel Coulon) découvre dans une lettre adressée à Théodore de Banville le poème intitulé : Ce qu'on dit au Poète à propos de fleurs. L'envoi est signé sans ambiguïté par l'auteur, dont les initiales A.R. apparaissent à deux reprises, à la fin du poème et à la fin de la lettre. Mais celui-ci a fait précéder son monogramme du nom d'Alcide Bava, patronyme issu d'une famille peu recommandable (baver, bavasser... ) dont la phonétique n'est pas sans rappeler celle du destinataire (BAVa / BAnVille) ! Rimbaud propose là un principe de lecture différent de celui qui prévaut dans la poésie lyrique où la voix entendue est assignée par convention au poète, c'est-à-dire à l'auteur. Dans ce poème, au contraire, il nous invite à considérer un personnage inventé comme celui qui parle dans le texte. Au lecteur de se demander quel type de relation entretient l'auteur réel avec cet auteur fictif : identité de vues ou opinions discordantes, et dans quelle mesure ? Ce qui ajoute à l'attrait proprement poétique le piment de la devinette [...] Suite
 

 



 

Introduction
Tous les textes (1870-1875)
Anthologie commentée
Étude du  Recueil de Douai
Thèmes et Formes
Glossaire stylistique

Florilège des sources
Chronologie
Iconographie
Bibliographie

Rimbaud sur la Toile

 


AILLEURS SUR LE WEB


30/10/14 - Philippe Lançon, Haro sur Rimbaud, Libération.

29/10/14 - Rimbaud ne serait pas l'auteur des Illuminations, affirme un chercheur, ActuaLitté.

17/10/14 - Claude Jeancolas lit les premières pages de Rimbaud l'Africain (Textuel, 2014), Les Bonnes Feuilles, France-Culture (00:03:10).

09/10/14 - Renaud Wattwiller, Notre envie de Rimbaud. Enquête sur la neuvième photographie d'Arthur Rimbaud, Le Tigre.

06/10/14 - Eddie Breuil, Erreurs factuelles : Dévotion et Démocratie, un seul feuillet ?, blog Germain Nouveau et Cie.

05/10/14 - David Ducoffre, Le mystère des multiples versions de Paris se repeuple et de Poison perdu, blog  Enluminures (Painted Plates).

20/09/14 - Jacques Bienvenu, Peut-on préciser aujourd'hui la date de certaines Illuminations ?, blog Rimbaud ivre.

05/09/14 - Bertrand Guest, Rimbaud géographe social, La Vie des idées.

06/09/14 - Déjà 80.000 euros pour financer le nouveau musée Rimbaud, L'Union-L'Ardennais.

05/09/14 - Alain Tourneux, Jean-Michel Cornu de Lenclos tel que je l'ai connu, blog Rimbaud ivre.
 

Rimbaud Harar

Site internet de
Jean-Michel Cornu de Lenclos

08/14 - Lucie Servin, Les dessinateurs face au mystère Rimbaud, Neuvième art 2.0.

07/14 - Muriel Rosset, sculpteure, Rêvé pour l'hiver de Rimbaud, La Dépêche du Midi & Festival de la sculpture et du marbre de Saint-Béat.

07/14 - Alain de Vos, Mémoire, blog Vu du mont, chroniques mosellanes.

06-07/14 - Jean-Michel Cornu de Lenclos, L'abyssinienne de Rimbaud, blog Rimbaud ivre.

21/06/14 - Anne Duvivier, Charleville, un certain regard, blog perso sur Médiapart.

13/06/14 - Circeto, À Serge Filippini, auteur de Rimbaldo, blog Rimbaud était un autre.

13/06/14 - Jacques Desse, Aléas iconographiques, suivi d'une réponse de l'auteur de ce site, Les libraires associés.

12/06/14 - Jean-Michel Cornu de Lenclos, Rimbaud et le kât, blog Rimbaud ivre.

12/06/14 - Camille Castres, J'irai sur les sentiers avec Arthur R1bO, Libération.

06/06/14 - Alain De Vos, Arthur Rimbaud et sa fugue d'octobre 1870, blog Vu du mont Chroniques mosellanes.

03/06/14 - Circeto, Maintenant en version colorisée, blog Rimbaud était un autre.

25/05/14 - André Guyaux, Rimbaud et l'autre texte, blog Rimbaud ivre.

09/05/14 - Serge Filippini, Rimbaldo, entretien avec l'auteur, site decryptimages (vidéo, 7').

08/05/14 - Géraldine Mosna-Savoye et Pierre Brunel, Rimbaud : le credo du poète, France-Culture (audio, 49'). 

05/05/14 - Des photos originales de Rimbaud découvertes chez Paul Claudel, c.-r. des articles de Jacques Desse dans Histoires littéraires n°57, site ActuaLitté.
 

Si vous avez raté un épisode

Tout le dossier sur la photo du "Coin de table à Aden"


28-29/04/14 - 
Circeto, "Rimbaud à Aden / Les Experts, saison 3 / Et Brice prit son pied ... à coulisse (précision au centième de millimètre)", blog Rimbaud était un autre.

24/04/14 - Stéphane Barsacq, Rimbaud n'est pas un mythe, entretien, revue Transfuge.

11/04/14 - J.-J. Lefrère, "Le visage d'Arthur Rimbaud à l'âge adulte", entretien vidéo (1'), TF1.

08/04/14 - Brice Poreau, Expertise par biométrique de similarité d'une photographie pouvant représenter A.R. à l'âge adulte, Cahiers lyonnais d'AnthropoBiométrique.

15/03/14 - Jacques Bienvenu, La muse des méphitiques, Blog Rimbaud ivre.

15/02/14 - Dominique Chevalier, Rimbaud, la Commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale, Aggiornamento Hist-Geo, Hypotheses.org.

15/02/14 - Philippe Mellet, Conte de Noël après l'heure pour le fonds Rimbaud, L'Union.

13/02/14 - Jean-Marc Bastière, Rimbaud, chasseur spirituel, Le Figaro.fr (compte rendu de Stéphane Barsacq, Celui-là qui créera Dieu, Points Sagesses).

07/02/14 - Philippe Chevilley, Rimbaud, corps et âme (Une saison en enfer par Benjamin Porée), Les Échos.

02/02/14 - Arlyne Jeannot, L'arrière-petite-nièce rebelle d'Arthur Rimbaud, L'Union.

02/01/14 - Christian Ruby, Refuser de rester à sa place,  Kristin Ross, Rimbaud, la Commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale, Nonfiction.fr

04/01/14 - Frank Charpentier, La Dernière Lettre de Rimbaud, entretien par Alain Veinstein, France-Culture (audio, 34').

Janvier 2014 -  Georg Hugo Tücker, "Rimbaud et la traduction libre en vers latins : de la virtuosité (et de la duplicité) à la subversion", Camenae, 16, Paris-Sorbonne.

25/12/13 - Au Cabaret-vert, vu par les artistes anglophones de l'Éco-Festival Cabaret Vert 2013.

11/12/13 - David Ducoffre, Un élément pour la datation des Illuminations ?, Blog Enluminures (Painted Plates).

10/12/13 - Frédéric Thomas, Kristin Ross, Rimbaud, la Commune de Paris et l'invention de l'histoire spatiale, Dissidences.

07/12/13 - David Ducoffre, Des textes incompréhensibles ? , Blog Enluminures (Painted Plates).

05/12/13 - Colloque Rimbaud poéticien, Photo des intervenants, Blog Rimbaud ivre.

18/11/13 - Alain Tourneux, Les manifestations du 20 octobre et du 7 novembre à Charleville et à Marseille, Blog Rimbaud ivre.

15/11/13 - Pierre Michon (entretien), Slamer Rimbaud, la bonne idée, Ouest-France.

09/11/13 - André Guyaux, La dernière trace du passage de Rimbaud à Charleroi n'a pas résisté à la promotion immobilière, blog Rimbaud ivre.

07/11/13 - Rimbaud poéticien, colloque des 28-29/11, Université Ca'Foscari,Venise, Fabula.

06/11/13 - Rimbaud le fils de Pierre Michon, sur scène, à Nantes, Ouest-France.

28/10/13 - Jacques Munier, Kristin Ross, Rimbaud et la Commune de Paris, France-Culture (5').

22/10/13 - Vers une prochaine renaissance du Musée Rimbaud, L'Union.

21/10/13 - Jérôme Cahuzac, invité inattendu d'un hommage à Rimbaud, L'Union.

06/10/13 - Jacques Bienvenu, Les enseignements du manuscrit de Promontoire, blog Rimbaud ivre.

08/09/13 - Jacques Bienvenu, Fermeture d'un grand site rimbaldien, Rimbaud patriote ?, blog Rimbaud ivre.

05/09/13 - Aden - Arthur Rimbaud... Enfer & Paradis, Espace Reine de Saba, Paris, L'Officiel des spectacles.

29/08/13 - Jacques Desse, Reproductions de référence des photos de Rimbaud :
1.Clichés du Musée Rimbaud.
2.Clichés de la BnF

Chez les libraires associés.

28/08/13 - Jacques Desse,
Enluminures (Théorie du soupçon et confusionnisme).
Chez les libraires associés
.

28/08/13 - Jacques Bienvenu, Le portrait de Rimbaud par Jef Rosman est-il authentique ?, blog Rimbaud ivre.

27/08/13 - Jacques Desse, Dans les yeux d'Arthur Rimbaud, interview par Émilie Chaudet, émission « Itinéraires bis », France-Culture.

07/08/13 - David Ducoffre, Les manuscrits des Illuminations, blog Enluminures (Painted Plates).

22/07/13 - David Ducoffre, Iconographie Chronologie des écrits de Rimbaud 1872-1874, blog Enluminures (Painted Plates).

30/06/13 - Le Rêve de Bismarck restera à Charleville, La Semaine des Ardennes.

09/06/13 - André Guyaux, Le Rimbaud d'Atle Kittang, blog Rimbaud ivre.

14/05/13 - Xavier Coste, Rimbaud l'indésirable, Casterman (entretien), Bande dessinée Info.

04/05/13 - Christian Ruby, La mécanique déréglée des vers, nonfiction.fr (compte rendu de Michel Murat, L'Art de Rimbaud).

10/03/13 - David Ducoffre, Chronologie des poèmes de Rimbaud de 1868 à 1870, blog Rimbaud ivre.

04/03/13 - Patrick Boyer, Une saison en enfer, Cave-Poésie, Toulouse (vidéo, 1:25:58).

23/02/13 - Jacques Bienvenu, À propos d'un Rimbaud souriant et d'une gouache, blog Rimbaud ivre.

17/02/13 - Jacques Desse, Mariam, ISSUU.

14/02/13 - Franck Garot et Joachim Séné, Le métro ivre et autres pastiches, Pastiches.net.

12/02/13 - Gérard Ortega, Une saison en enfer, DMTV21 & Culture Avenue (9'54).

05/02/13 - Marc Lambron, Et Verlaine tira sur Rimbaud / Exposition "Verlaine emprisonné", Le Point.fr.

02/02/13 - Jacques Desse, Rimbaud en Joconde : les aléas d'un portrait d'Arthur Rimbaud, ISSUU.


      ÉCOUTER RIMBAUD EN LIGNE, dit ou chanté par ...